Photos de l'orgue du Temple

Un chef d'oeuvre conçu

"à la française"

 

Cet orgue construit en 1984 par Pascal Quoirin est de conception "classique française".

C’est l’application des principes de "l’art du facteur d’orgues" de Dom-Bedos en ce qui concerne la fabrication des tuyaux et toute la partie instrumentale.

 

  • Les buffets en revanche sont d’un tracé sobre, sans décor et références stylistiques particulières. Ils sont en chêne et châtaignier.

  • L’orgue est situé en fond de la nef sur une tribune.

  • L’édifice est un prieuré bénédictin d’architecture gothique  du 14e.

  • Le niveau du sol d’origine était à environ 1,50 m plus bas que l’actuel.

  • L’acoustique est réverbérante et amplifiante.

  • Le plan mécanique est conforme aux dispositions habituelles de l’orgue français : suspendu pour le Grand-Orgue et le Récit, à bascules pour le Positif.
    Il est alimenté par  deux soufflets cunéiformes de 8 x 4 pieds actionnés ou manuellement par leur levier, ou par un ventilateur.

La tuyauterie est martelée entièrement coupée au ton.  Bien que l’harmonisation de cet instrument soit conforme à la norme classique française de la deuxième moitié du 18e (bouches basses, pression élevée et pieds fermés), cet instrument parle "fort". Cela est principalement dû aux critères acoustiques très particuliers de cette nef tronquée dans les deux sens, dans laquelle le moindre son se développe et s’amplifie de manière considérable.

les claviers de l'orgue
l'orgue de P.Quoirin

Positif

56 notes

Bourdon 8'

Principal 8'

Montre 4'

Flûte 4'

Nazard 2 2/3'

Doublette 2'

Tierce 1 3/5'

Plein-jeu 5 rangs

Cromorne 8'

Grand Orgue

56 notes

Bourdon 16'

Montre 8'

Bourdon 8'

Prestant 4'

Doublette 2'

Quarte de Nazard 2'

Tierce 1 3/5'

Fourniture 4 rangs

Cymbale 3 rangs

Cornet 5 rangs

Voix Humaine 8'

Trompette 8'

Clairon 4'

Récit

30 notes

Cornet 5 rangs

Pédale

32 notes

Bourdon 16'

Flûte 8'

Prestant 4'

Basson 16'

Trompette 8'

Un relevage réussi

L’Association des Amis de l’orgue se félicite de l'excellent travail de relevage de l’instrument, réalisé par la Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues de Rambervilliers, et plus spécialement par Vincent Bigerel, le maître d'oeuvre.

François-Henri Houbart, organiste à la Madeleine à Paris, a inauguré l'instrument en juin 2018.

Il en a apprécié toutes les qualités.

Fin septembre 2017 a débuté le démontage complet de l'orgue en vue de remédier au problème dévastateur des xylophages et de remettre en état divers éléments défectueux en plomb :  six mois de travaux  ont été nécessaires.

Début avril 2018 toute la tuyauterie a repris sa place. En juin de la même année, la phase ultime de l'accord et de l'harmonisation a permis à notre orgue de retrouver ses couleurs et ses sonorités d'origine.

 

Pénétrons dans le "ventre" de l'instrument pendant et après son relevage :

Photos prises lors du relevage de l'orgue 

Crédit V. Bigerel

© Association des Amis de l'Orgue de Saint-Martial

claviers de l'orgue Pascal Quoirin